Le vieil homme et la montagne

C’est pas classe ca comme titre? Ça fait genre j’ai lu tous les grands auteurs. Enfin c’est quand même en lien avec ce que je vais raconter après. Parce que ce weekend j’étais en randonnée à la montagne. Dans les Montagnes blanches pour être plus précis, dans le nord du New Hampshire. On a fait deux jours de balade au milieu de la nature au milieu des loups, des ours et des papillons. Et c’est vrai qu’on croise plus facilement un papillon qu’un ours.

Enfin on se plaint pas. En 2 jours et une dizaine de miles (au moins 15-20 km) qui font mal aux pates des non-initiés on a vu des coins qui en jettent. D’abord le sommet du Mont Garfield, bon le nom on s’en fout, ce qui compte c’est la vue:

Ensuite il y a  le vieil homme, d’où le titre… Le lecteur: “aaaaaaaah!”, moi: “merci, merci”. Le vieil homme de la Montagne (old man of the mountain) comme on l’appelle ici, c’est l’emblème du New Hampshire, il est partout sur les route ici. Longtemps je me suis demandé pourquoi sur certains panneaux de signalisation on pouvait voir ce qui ressemble à un profile, et bien c’était le profile du vieil homme qui orne toutes les routes sous controle de l’Etat du New Hampshire. Vous voulez peut-etre le voir ce vieillard? Et bien le voilà:

Le profile est une formation naturelle découverte en 1805, des importants blocs rocheux se sont déplacés afin de créer cette forme qui ne s’apparente au profile d’un vieillard que si on vient du nord… Enfin si on venait du nord. Avant 2003. Oui parceque depuis 2003 le vieillard n’est plus, il s’est écroulé et voilà ce que moi j’ai vu:

Oui c’est moins classe et dramatique d’un coup. Enfin je sais pas ce que vous en pensez mais moi je trouve que le vieux il avait un peu des allures d’Optimus Prime. Mais si, rappelez vous, le chef des gentils robots de Transformers. Enfin bon ca d’un coup ca fait beaucoup moins culture que Hemingway et mon Old man.

Et puis sinon y’avait la foret, où on a cravaché pendant des heures entre les cascades et les mousses. Ça fait plaisir, c’est beau, c’est bucolique, enfin jusqu’au moment d’aller dormir. Parce que, honnêtement, s’endormir en sachant qu’un ours peut venir frapper à votre porte pour vous demander du saumon frais, quand on a pas de saumon c’est pas ce qu’il y a de plus simple. Alors on a laissé la nourriture à une petite centaine de mètres en espérant que si un ours s’aventurait dans les parages il se contenterait de nos roulés jambon-mozarella (ce truc est vraiment trop bon alors je vous mets un photo dessous) et notre kilo de barres céréales.

prosciutto-mozzarella roll

Au final il faut croire que les ours n’aiment pas la cuisine italienne parce que personne n’est venu nous déranger. Enfin je vous mets une petite photo de la tente parce que c’est mignon la tente au milieu des bois. Mais avant je tiens à dire que les histoires d’ours c’est pas du pour de rire: il y deux semaine, mon collègue de chambrée (ou de tente), est arrivé dans un camp ou les responsables prévoyaient la visite des ours dans la nuit. Ils avaient déjà eu l’honneur et privilège des les avoir comme “special guests” la veille.

seb

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.